Home > Campagnes solidaires > n° 361 - mai 2020
Partager sur :

CAMPAGNES SOLIDAIRES


Campagnes solidaires est le mensuel de la Confédération paysanne, engagé avec les paysans et les acteurs du mouvement social dans l'émergence d'autres mondes possibles.

C'est un point de ralliement pour ceux qui veulent comprendre les réalités de la vie et des luttes paysannes dans le monde et ici en Europe.

C'est aussi un espace pour ceux qui veulent s'exprimer sur ces réalités et la manière d'agir sur elles.

Informer, c'est contribuer au débat sur les sujets de société tels que les OGM, la sécurité alimentaire et la mondialisation...

Campagnes Solidaires, notre, votre journal, tente chaque mois de restituer les résistances et les espoirs de ces luttes. Nous avons besoin de vous pour continuer ce combat.

Le numéro du mois

n° 361 - mai 2020
Editorial
Sommaire Dossier Archives

Editorial

Paysan, métier d’utilité publique!

Exceptionnellement, dû à la situation actuelle, le numéro 361 de Campagnes solidaires est disponible en suivant ce lien.

 

En cette fin avril, cela fait bientôt deux mois que le monde tourne au ralenti, que nous cherchons partout à adapter nos pratiques collectives et individuelles. Le déconfinement devrait débuter dans quelques jours, pourtant rien n'est fini: ni pour les effets à court
et moyen termes de cette période inédite et encore moins pour le chantier à venir du « retour à la normale ».
Dès le départ, notre mot d'ordre a été: pas un·e paysan·ne de moins à l'issue de la crise. Nous avons travaillé collectivement pour rechercher les meilleurs moyens de maintenir la commercialisation de tous nos produits et une valorisation juste pour toujours assurer un revenu pendant et après cette crise:

  • la réouverture d'un maximum de marchés et la mise en place d'alternatives sécurisées pour les ventes de nos produits,
  • le soutien aux activités qui perdent tout ou presque pendant cette période,
  • des moyens de protection pour le secteur agricole et alimentaire, au niveau de notre engagement solidaire et responsable pour toujours assurer production, transformation et vente,
  • la mise en place de mécanismes exceptionnels afin de combattre les opportunismes de certains pour affaiblir encore la rémunération paysanne: chevreaux, agneaux, viande bovine ou production laitière, notamment.

Cette lutte acharnée n'a été possible que grâce à notre réactivité formidable, à l'inventivité dans la mise en place d'alternatives, à la capacité de chacun·e à répondre, même à distance, à la demande de soutien et d'accompagnement des paysannes et des paysans.
Nous devrons « capitaliser » sur cet élan, nous servir de cette crise pour éclairer l'absolue nécessité de la généralisation de l'agriculture paysanne partout, dans toutes les productions et sur toutes les fermes. Une agriculture qui emploie plus et mieux, produit pour nourrir en qualité et quantité toutes et tous, préserve nos ressources et nos communs pour demain.
Une agriculture qui relocalise, reconnecte et pose les bases d'une société au service de l'intérêt général.

Il nous faut donc, plus que jamais, imposer la rupture avec une économie néolibérale qui ne peut en aucun cas faire partie de la solution car étant la cause de nos difficultés actuelles.
La généralisation de nos alternatives passe par une protection accrue de nos systèmes paysans: fin des accords de libre-échange, révision du droit de la concurrence européen, prix minimum d'entrée, régulation, maîtrise et répartition des volumes produits et du foncier, refondation de la Pac sur des bases sociales et écologiques, sont les mesures urgentes pour revoir notre modèle et couper avec cette «folie de déléguer notre alimentation», comme disait l'autre…
L'agriculture est aujourd'hui mise en avant, demain les actes politiques devront reconnaître, protéger, défendre et valoriser notre métier car il est d'utilité publique.

Nicolas Girod,
paysan dans le Jura,
porte-parole national

TROUVEZ UNE CONF'
NOUS CONTACTER Mentions légales Confédération Paysanne du Gard